Christophe Loizillon

Portrait

Christophe Loizillon est producteur et réalisateur de films expérimentaux notamment de deux longs-métrages, Le Silence de Rak (1995) et Ma caméra et moi (2001) ainsi que de nombreux documentaires-fictions. Un de ses premiers films a été consacré à l’artiste Opalka, Détail, Roman Opalka, un 27 minutes tourné en 1986. « Roman Opalka est un peintre singulier qui a bouleversé ma manière de voir l’art et le monde… Pour moi, le cinéma, c’est filmer du temps essentiellement et quand on a un homme comme Opalka qui justement écrit le temps, c’est le plus beau des scénarios ».

La soirée

Christophe Loizillon, réalisateur viendra nous parler de ses films Détail : Roman Opalka, et Les Mains. Détail Roman Opalka, est un 27 minutes tourné en 1986. « Roman Opalka est un peintre singulier qui a bouleversé ma manière de voir l’art et le monde… Pour moi, le cinéma, c’est filmer du temps essentiellement et quand on a un homme comme Opalka qui justement écrit le temps, c’est le plus beau des scénarios ». La projection de ce film documentaire et du film Les Mains, sera le fil conducteur pour une conversation autour de ce questionnement qui peut tarauder un réalisateur comment aller du film documentaire vers une création personnelle ?

Les films de la soirée

DÉTAIL, ROMAN OPALKA
De Christophe Loizillon | Durée : 25 min | Documentaire | France  | 1986

Obsédé par l’idée de visualiser le temps, le peintre d’origine polonaise Roman Opalka prit un jour une décision : il allait durant toute sa vie décompter le temps qui passe. Sur une toile noire, il écrivit à la peinture blanche le chiffre 1. La toile remplie de la suite continue des chiffres, il en prit une autre pour poursuivre. Aujourd’hui est un jour spécial : il va atteindre le nombre des 4 000 000.

Christophe Loizillon a filmé une journée de Roman Opalka sur le ton neutre et objectif de l’exposé. Dans l’attente de l’événement, il suit Roman Opalka à l’atelier où celui-ci énonce en voix off les principes du système qu’il met en oeuvre sous nos yeux. Dans une ritualisation voulue de sa vie qu’il érige ainsi en vie exemplaire, il se met au travail dans l’espace que délimitent les projecteurs. La caméra parcourt la toile puis s’attache à la main qui trace des chiffres minuscules. Soudain, nous nous prenons à décompter à notre tour, guettant l’instant fatidique. Le chiffre de 4 000 000 s’inscrit, l’instant passe… Rien ne se produit, sinon l’inscription du chiffre suivant.

LES MAINS
De Christophe Loizillon | Durée : 20 min | Documentaire | France  | 1996

Dans ce court métrage, Christophe Loizillon filme les mains de cinq de ses amis en plans-séquences et en gros plans, pendant que ces derniers se livrent dans le hors-champ sonore. Parallèlement, la voix-off du cinéaste prononce quelques mots d’introduction sur ses proches avant l’entrée en « scène » de leurs mains. Christophe Loizillon a réutilisé cette mise en scène radicale pour filmer Les Pieds (2008) ou encore Les Visages (2003).

« Les perspectives scéniques et narratives ouvertes par les partis pris de mise en scène invitent à considérer les mains dont les gestes et la physionomie investissent le champ de l’image comme des lieux d’expression de l’individualité, comme de véritables acteurs de l’histoire privée. Ces mains en représentation qui « parlent » en gros plan au spectateur s’offrent comme autant d’archives de la mémoire individuelle dont chaque voix-off nous fait entendre le récit. En « racontant » leurs mains, en évoquant les « évènements » auxquels elles ont participé, ou encore en soulignant le rapport qu’ils entretiennent avec elles, les divers hôtes de l’image nous entraînent au coeur de multiples fictions de l’identité qui tracent les contours de véritables autoportraits.» Films Passerelles

Partager cette page

Autres invités

Les invités 2014